feuille contact du 9 juillet

21 juillet 2017

RECEVOIR « CONTACT » PAR INTERNET

Ecrire : à paroisse-orange@levauclusien.fr

en indiquant votre adresse et en signalant : « Je désire recevoir Contact par internet. »

Permanence paroissiale à Orange ouverte du lundi au samedi de 10 h à 11 h 45 :

au 18, rue du Renoyer. Tel. 04.90.34.15.07

Site de la paroisse de Caderousse : www.caderousse.paroisse84.fr

Site de la Paroisse d’Orange : https://sites.google.com/site/paroissedorange/home

Permanence du Secours Catholique : lundi et jeudi de 14h à 16h 30 5, rue Capty à Orange. Tél. : 04.90.34.64.41

Edito : Maignet et Iphigénie

Très tôt il y a eu une sorte de quiproquo entre la Révolution et l’Eglise. C’est ainsi que le 2 novembre 1789 les biens du clergé sont mis à la disposition de la Nation et que le 12 juillet 1790 est votée la Constitution civile du clergé. Cela allait peser très lourd dans l’avenir.

Après le 10 août 1792, lors de la prise des Tuileries, qui marque le renversement de la monarchie et la formation de la Commune insurrectionnelle de Paris, les violences vont s’amorcer. Du 2 au 6 septembre, ce sont les massacres « de septembre », où de très nombreux prêtres sont tués dans les prisons.

Le 21 janvier 1793, Louis XVI est exécuté et le 27 juillet est constitué ce qu’on appelle le « grand » Comité de Salut Public, avec Robespierre et Saint-Just. La Terreur commence. Elle est une politique délibérée, qui vise, littéralement, à « terroriser » les ennemis de la Révolution. Ce pouvoir dure un an : le 28 juillet 1794, Robespierre est exécuté.

Début 1794, sous l’instigation du Représentant de la Convention, Etienne-Christophe Maignet, le Comité de Salut public décide la création d’un tribunal révolutionnaire à Orange, ville bien plus tranquille qu’Avignon. Le 3 juin 1794, lors de l’installation du tribunal, Maignet fait un discours dans lequel il s’adresse à la population (le « Peuple »), puis aux magistrats ; on lit : Peuple, qu’une continuelle surveillance déjoue tous les projets de tes ennemis, qu’une sainte dénonciation conduise à ce tribunal tous les traîtres ; le silence, dans des circonstances aussi difficiles, est un véritable crime. Et vous, magistrats, armez-vous d’une impassible sévérité pour en délivrer à jamais ces départements. Ce n’est pas assez que vos jugements se fassent remarquer par leur sagesse, il faut encore qu’ils étonnent par la célérité avec laquelle ils atteindront le crime. C’est la foudre dont vous êtes armés ! Dirigez-la sagement, mais pulvérisez le scélérat au moment même où il médite ses complots. Cité par André Reyne et Daniel Bréhier, in Les trente-deux bienheureuses religieuses martyres d’Orange, Avignon, 1995.

Ce texte est éloquent. Il s’agit bel et bien de terroriser, d’atteindre jusqu’aux consciences : « Pulvérisez le scélérat au moment même où il médite ses complots. »

En contraste, nous lisons un passage du docteur Joseph Goubert, Les trente-deux bienheureuses martyres d’Orange, aux Editions du Dauphin. Je choisis le chapitre sur la bienheureuse sœur Iphigénie, parce qu’une statue la représente dans la chapelle des bienheureuses de la Cathédrale.

Marie-Suzanne de Gaillard naquit à Bollène le 23 septembre 1761. Elle appartenait à une famille riche et universellement estimée. Cette jeune fille douée des dons de l’intelligence et de la fortune aurait pu avoir dans le monde une place très enviable, mais elle préféra tout abandonner et tout quitter pour se consacrer au service de Dieu. Le 11 février 1779 (à l’âge de 18 ans) elle recevait l’habit des Sacramentines et prenait le nom de sœur Iphigénie de Saint-Matthieu.

La sœur Iphigénie comparut le 7 juillet dans la matinée. Les juges la firent comparaître seule, espérant ainsi avoir plus facilement raison de sa timidité et de sa jeunesse (elle a 33 ans). Viot, accusateur public, la dénonça en ces termes : Marie-Suzanne Gaillard, ex-religieuse, n’a jamais servi la Révolution ; elle a fait au contraire tout ce qui a pu dépendre d’elle pour en arrêter la marche par le fanatisme et la superstition qu’elle excite par son exemple ; réfractaire à la loi de son pays, elle a constamment refusé de prêter le serment qu’elle lui imposait ; elle s’est déclarée par là l’ennemie de la République et le complice des tyrans armés pour la détruire.

Le président demande alors à l’accusée si elle consentait à prêter le serment de « Liberté-Egalité ». Je refuse, répondit-elle, J’ai fait serment à Dieu ; je ne puis être déliée par les hommes. D’ailleurs, je ne connais pas de plus glorieuse et de plus douce liberté que l’accomplissement de mes vœux monastiques. Le serment que vous me demandez serait un véritable crime.

Sœur Iphigénie fut condamnée à mort. Le jour même, à six heures du soir, elle marcha à l’échafaud avec allégresse.

Agenda paroissial

Samedi 8 juillet : 8h30, messe à Gabet. Int. Emmanuel (vivant).

11h, à Saint-Florent, baptêmes de Jérémie Tarel et de Lohan et Esteban Prat.

18h30, messe à Saint-Florent.

Dimanche 9 juillet : 15e dimanche ordinaire A.

9h, messe tridentine à l’Hôtel-Dieu (cinquième dimanche après Pentecôte).

9h, messe à Fourchesvieilles. Int. Rose Canu-Canzano.

10h30, messe à Notre Dame.

10h30, à Saint-Florent, baptêmes de Liman Porthéos et Logan Saliba.

11h : Messe à Caderousse.

19h, messe dominicale de la fête des bienheureuses à la chapelle de Gabet.

Suivie de l’apéritif. Inscription obligatoire pour le repas (paëlla, 10 euros). Départ du Père Régis Doumas.

Int. Monseigneur André Reyne et Jeannette Ayme. Emmanuel (vivant).

Lundi 10 juillet : 8h30, Messe à Saint-Florent. Action de grâces.

Mardi 11 juillet : 8h30, Messe à Saint-Florent.

Mercredi 12 juillet : 8h30, Messe à Saint-Florent.

Jeudi 13 juillet : Pas de messe à 7h, à l’Oratoire de Saint-Florent pour tout l’été.

8h30, messe à Saint-Florent.

Vendredi 14 juillet : 8h30, messe à Saint-Florent. Int. Albert et Raymonde Abel-Coindoz.

Samedi 15 juillet : 11h, à Caderousse, baptêmes d’Elisa Karl et de Maël Danot.

11h, à Saint-Florent, baptême de Lena Fonollosa.

15h30, à Notre-Dame, mariage de Randy Giorgi et Charline Bonin.

18h30, messe à Saint-Florent.

Dimanche 16 juillet : 16e dimanche ordinaire A.

A 9h, messe tridentine à l’Hôtel-Dieu (sixième dimanche après Pentecôte).

9h00, Messe à Fourchesvieilles. Int. famille Lavigne-Jehan.

10h30, messe à Notre Dame. Int. Jean et Julien Micolet et leur famille. Maguy (vivante).

Baptême de Téa Mortreux.

11h : Messe à Caderousse. Int. Colmant-Boiguérin.

Obsèques du lundi 3 juillet au vendredi 7 juillet

Laurence Picarel et Arlette Vanderm,

Permanences d’accueil à Notre-Dame et à Saint-Florent. Du lundi au samedi, entre 9h et 12h et 16h et 19h. A partir du lundi 3 juillet et jusqu’au jeudi 31 août. N’hésitez pas à donner une heure ou plus pour ce service paroissial. Aucune qualification particulière n’est requise, sinon la bonne volonté. S’inscrire à la permanence paroissiale ou après les messes ou directement dans les deux églises à partir du 3 juillet. Renseignements : Hervé Lancrenon 06 63 10 07 65 pour Notre-Dame et Frédéric Aubert 06 81 58 43 45 pour Saint-Florent.

Le Père Michel Berger sera installé comme curé d’Orange le dimanche 3 septembre à la messe de 10h30 à la cathédrale Notre-Dame par monseigneur Jean-Pierre Cattenoz.