feuille contact du 20 août

19 août 2017

RECEVOIR « CONTACT » PAR INTERNET
Ecrire : à paroisse-orange@levauclusien.fr
en indiquant votre adresse et en signalant : « Je désire recevoir Contact par internet. »
Permanence paroissiale à Orange ouverte du lundi au samedi de 10 h à 11 h 45 :
au 18, rue du Renoyer. Tel. 04.90.34.15.07
Site de la paroisse de Caderousse : www.caderousse.paroisse84.fr
Site de la Paroisse d’Orange : https://sites.google.com/site/paroissedorange/home
Permanence du Secours Catholique : lundi et jeudi de 14h à 16h 30 5, rue Capty à Orange. Tél. : 04.90.34.64.41
Agenda paroissial
Samedi 19 août : 18h30, messe à Saint-Florent.
Int. Lucie-Paul Nguyen et famille Charbonnel et Rodet.
Dimanche 20 août : 21e dimanche ordinaire A.
9h, messe tridentine à l’Hôtel-Dieu (onzième dimanche après la Pentecôte).
9h00, Messe à Fourchesvieilles. Int. famille Ferron.
10h30, messe à Notre Dame. Int. Lucie-Paul Nguyen, famille Jaume. Vivants : Joshua et ses parents.
11h, baptêmes à Saint-Florent de Romain Giraud et de Lyna Legruiec.
11h : Messe à Caderousse.
12h, baptême de Mélissa Arnoux.
Lundi 21 août : 8h30, messe à Saint-Florent. Int. Bruno Camus et Lucie-Paul Nguyen.
Mardi 22 août : 8h30, messe à Saint-Florent suivie de l’Adoration eucharistique.
Int. Lucie-Paul Nguyen, Thierry Guintrandy et famille Sola.
Mercredi 23 août : 8h30, Messe à Saint-Florent. François-Xavier Nguyen.
Jeudi 24 août : 8h30, messe à Saint-Florent. Int. Lucie Pham.
Vendredi 25 août : 8h30, messe à Saint-Florent. Marie Nguyen, famille Roche et famille Chastagner-Chareyron.
Samedi 26 août : 11h, messe à la résidence médicalisée de la Deymarde.
11h, à Saint-Florent, baptême de Lilly Cagniac.
18h30, messe à Saint-Florent. Int. José et Manuel Salgado et leur famille, Robert Tressol.
Dimanche 27 août : 22e dimanche ordinaire A.
9h, messe tridentine à l’Hôtel-Dieu (douzième dimanche après la Pentecôte). Int. famille Chenivesse.
9h00, Messe à Fourchesvieilles. Int. famille Bonnefoy-Bourgeois.
10h30, messe à Notre Dame. 12h, baptême de Maylis Azas.
11h : Messe à Caderousse.
Présentation du Père Michel Berger. Dernier d’une fratrie de six enfants, il est né en 1969 à Clamart (Hauts de Seine) et a été ordonné prêtre le 24 juin 1994 dans la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre. Son premier ministère a été professeur de séminaire aux USA (1994-1998). Après deux années comme responsable de l’apostolat de Périgueux entre 1998 et 2000, il a été de nouveau formateur au séminaire de Wigratzbad en Bavière. Il arrive dans le diocèse d’Avignon comme vicaire paroissial à l’Isle sur la Sorgue en septembre 2002 et sera chargé plus particulièrement de l’aumônerie des jeunes. En 2005, il demande à être incardiné dans notre diocèse. De septembre 2005 à juin 2007 il est secrétaire de l’archevêque d’Avignon. En septembre 2008, il est nommé aumônier des collèges et lycées de l’enseignement public d’Avignon et responsable de la pastorale des jeunes et des vocations du diocèse. Il devient curé du secteur de Gordes en septembre 2012, puis, en plus de cette charge, il est nommé vicaire épiscopal pour le doyenné Cavaillon-l’Isle sur la Sorgue. S’y ajoutent en septembre 2014 les doyennés de Pertuis et Apt. La Parole de Dieu qui éclaire sa vie sacerdotale est celle de Jésus dans l’Evangile selon saint Jean 14, 23 : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, mon Père l’aimera et nous viendrons vers lui et nous établirons chez lui notre demeure. » Il apprécie la mer, les voiliers et le vélo, mais aussi la musique et les langues étrangères.
Obsèques du lundi 14 août au vendredi 18 août
Danièle Ortiz, Emmanuel Navelot
Pour les membres du Mouvement Chrétien des Retraités d’Orange la journée à Notre-Dame de Lumières aura lieu le lundi 18 septembre. Cette année la sortie se fera en covoiturage. Le prix du repas est de 19 euros, mais on peut aussi apporter son repas. Les personnes intéressées doivent laisser un message à Mireille Collavet au 04 90 51 87 45 en précisant bien si elles prendront le repas.
N°867
Dimanche 20 août 2017
Dimanche 16 novembre 2014
Secteur interparoissial d’Orange et Caderousse
Homélie pour la sainte Claire
« Ce que tu tiens, tiens-le. Ce que tu fais, fais-le et ne le lâche pas. Mais d’une course rapide, d’un pas léger, sans entrave aux pieds, pour que tes pas ne ramassent même pas la poussière, sûre, joyeuse et alerte marche sur le chemin de la béatitude. » Ainsi Claire s’adresse-t-elle à Agnès de Prague dans sa deuxième lettre. Peu de textes, je crois, expriment aussi bien la personnalité, on dira : le caractère, le tempérament, de Claire, et aussi, bien sûr, sa spiritualité.
Il y a, d’abord, la vigueur : « Ce que tu tiens, tiens-le. Ce que tu fais, fais-le » Avec la précision : « Et ne le lâche pas ! » Claire n’était pas une mollassonne, ni une velléitaire. Elle savait ce qu’elle voulait et elle le faisait savoir. Mais, avant de voir dans l’affirmation : « Ce que tu tiens, tiens-le, ce que tu fais, fais-le », la preuve d’une femme de caractère, l’expression d’une volonté forte et déterminée, il faut y découvrir le désir.
Claire est portée par un immense désir, un « éros », au sens où le Pape Benoît XVI le décrit au début de son encyclique sur la charité. Claire est toute entière saisie par le désir du Christ. Elle aime son Seigneur passionnément, elle désire son étreinte. Et très naturellement elle utilise les expressions les plus intenses du Cantique des cantiques. Quand elle dit : « Ce que tu tiens, tiens-le, ce que tu fais, fais-le et ne le lâche pas ! », elle décrit l’étreinte de l’amour.
Mais s’il y a l’étreinte : « Ne le lâche pas ! », il y a aussi la course. Car, malgré tous les délices de son union au Bien-Aimé, Claire est en route et c’est pourquoi elle dit : « Ne le lâche pas » et ajoute : « Mais, d’une course rapide, d’un pas léger, sans entrave aux pieds, pour que tes pas ne ramassent même pas la poussière, sûre, joyeuse et alerte marche sur le chemin de la béatitude. »
C’est la même qui étreint et c’est la même qui court. Son étreinte est intense, presque violente, mais la course est légère. Elle est rapide, d’un pas léger. Et c’est très concret : « sans entrave aux pieds pour que tes pas ne ramassent même pas la poussière. » Claire n’est pas fille à traîner les pieds et à soulever la poussière.
Cette « légèreté » est au coeur de la spiritualité de Claire. Il n’y a chez elle aucune pesanteur, aucune lourdeur. Dans sa marche, les pieds effleurent le sol ; car, rien ne l’entrave. Cette légèreté est liberté ! Sans doute cette liberté est-elle acquise. Elle est le fruit de luttes et de combats, mais Claire ne se voit pas en soldate, cuirassée de pied en cap, armée du glaive et de l’épée pour affronter l’Adversaire. Elle est toute légèreté ! Et la suite exprime cette légèreté. Elle dit à Agnès, sa grande amie : « Sûre, joyeuse et alerte marche sur le chemin de la béatitude. »
Dans cette course, il n’y a pas d’hésitation ou d’atermoiement. Claire est « sûre », non pas d’elle-même : toute sa spiritualité est fondée sur la pauvreté, cet autre nom de l’humilité, mais elle est sûre que son Bien-Aimé l’a créée pour lui. Tout le monde sait que sur son lit de mort, elle louera Dieu de l’avoir créée. Et cette certitude est si « sûre » qu’elle est joyeuse : « Sûre, joyeuse et alerte », dit-elle.
La joie anime toute la vie spirituelle de Claire ! De même que son pas est léger, son coeur est joyeux. Et du coup elle se répète en disant à Agnès : « marche, alerte, sur le chemin de la béatitude. » Oui, elle est alerte, sans entrave, sa course est rapide. La raison en est que le chemin sur lequel elle marche est celui de la béatitude.
La béatitude, ce ne sont pas les petits bonheurs de l’existence terrestre. La béatitude, c’est le but de la Création, c’est l’étreinte parfaite et sans fin, le baiser qui saisit tout l’être, par lequel on se donne entièrement et dans lequel on est comblé entièrement.
Frères et soeurs, pourquoi, dans notre monde contemporain, y a t-il un si grand nombre d’incroyants ? Pensez-vous vraiment que c’est à cause des méchants médias, du matérialisme raplapla de la consommation, du scientisme ambiant ou des prêtres pédophiles ? Non ! Si tant de nos contemporains sont incroyants, c’est qu’ils n’ont pas la moindre idée de la béatitude. Ils ignorent ce qu’est la béatitude comme Louis XIV ignorait la télécommande ! Mais, sans la moindre idée de ce qu’est la béatitude, il est impossible de croire.
Nous autres, nous avons la chance d’en avoir une petite idée. Bien petite certes, mais tout de même : quand nous lisons sainte Claire, nous comprenons de quoi elle parle.
Du coup, frères et soeurs, comme Claire, louons le Seigneur d’avoir fait de nous ses amis et vivons notre foi avec la joie, l’élan et le désir qui l’animait. Ne nous préoccupons pas de la poussière, soyons alertes, que notre course soit légère et qu’ainsi la béatitude déjà nous saisisse, nous étreigne, nous prenne tout entiers !
Père Régis Doumas, curé d’Orange et de Caderousse